Les communications du Colloque Pères en solitaire : Marie Vogel, Anne Verjus, « Le droit des pères à faire famille : quelles mobilisations pour quels droits ? »

La communication de Marie Vogel et Anne Verjus :

Vogel_VerjusoralDDpères

Les communications du Colloque Pères en solitaire : Silvia Tamayo Haya, « Nouvelles paternités et parentalités dans le droit de famille en Espagne »

La communication de Silvia Tamayo Haya :

Tamayo

Les communications du Colloque Pères en solitaire : Jeroen Spijker, « Legal custody arrangements of separated parents in Spain »

La communication de Jeroen Spijker :

spijker_custody_spain

Ethnologie Française, Parenté et paternités en Europe

Le numéro 2012/1 de la revue Ethnologie Française, qui porte sur les questions de parenté et de paternité en Europe,  nous a permis de publier de premiers résultats :

https://www.cairn.info/revue-ethnologie-francaise.htm

paterniteEthnoFrançaise

Les communications du colloque Pères en solitaire : Veronika Nagy, « Paternité et parenté dans les litiges relatifs aux enfants « 

et voici la communication de Veronika Nagy :

com_marseille_veronika

Communications au colloque « Pères en solitaires » : Agnès Martial, « Conjuguer la paternité au temps de l’après-rupture : des trajectoires plurielles »

Voici l’intervention d’Agnès Martial

InterventionperesMartial

patercolloque

Les communications du colloque Pères en solitaire : Arnaud Régnier-Loilier, « Quand la séparation s’accompagne de la rupture du lien père-enfant »

Voici la communication d’Arnaud Régnier-Loilier :Rupture lien père enfant_FINAL

paternité et travail parental

Mieux vaut tard que jamais ! Ce petit mot pour vous rappeler l’existence du très intéressant n°154 d’Informations Sociales,  paru l’été dernier et coordonné  par Anne Verjus et Marie Vogel autour la notion de travail parental Le travail parental, représentations et pratiques. Je reprends ici la définition qu’elles en proposent en introduction : « considérable en termes de tâches pratiques (occupation matérielle) et de charge mentale (préoccupation, disponibilité), le travail parental engage la définition de soi comme parent, père ou mère, et la perpétuation « réussie » de soi – c’est à dire son prolongement à travers un enfant (…) ». Définition qui me paraît fort intéressante pour l’interrogation de la paternité « en solitaire », ce que j’ai tenté de montrer dans ce n° : Le travail parental du côté des pères séparés et divorcés

paternités « précaires  » et soutien social : un article intéressant

Pour faire écho au billet d’Anne, voici un autre article facile d’accès, qui fait état d’une recherche menée au Québec auprès de pères séparés demeurés très « engagés » auprès de leurs enfants.

Francine L. Allard, Amélie Bourret, Gilles Tremblay, Marc Bergeron et Isabelle Roy, « Maintien de l’engagement paternel après une rupture conjugale : point de vue de pères vivant en contexte de pauvreté », publié dans la revue électronique Enfances Familles Générations en 2005.

Les hommes rencontrés n’ont pas seulement bénéficié des services communautaires québécois. Ils ont également fait de leur statut de père  un support de valorisation sociale plus efficace que le rapport à l’emploi, dévalorisant, dans leurs cas, du fait de l’absence ou de la précarité du travail.

Une piste à creuser …

Voici le lien : http://www.erudit.org/revue/efg/2005/v/n3/012537ar.html

Quand les pères sont chefs de famille monoparentale

Je trouve, en recherchant de la documentation sur l’implication des pères dans la famille conjugalo-domestique (celle qui précède la séparation), un article qui ne figure pas dans la biblio de notre programme de recherche. Je me permets de l’indiquer, à toutes fins utiles :

Monique Mousseau-Glaser, « A propos d’une recherche québécoise sur le soutien social accordé aux pères chefs de famille monoparentale », in Recherches féministes, vol. 7, n°1, 1994, pp. 139-144.

On peut le trouver sur internet, bien sûr, puisque ce numéro de Recherches féministes est en ligne. En cliquant ici, vous pourrez tomber directement sur l’article.

Voici le résumé de l’auteure : « Une approche comparative entre les pères et les mères de famille monoparentale constitue un défi, car elle exige, d’une part, un contrôle serré sur la sélection des sujets à l’étude et, d’autre part, une interprétation des résultats qui tient compte de différences de sexes pour diverses dimensions tant socio-économiques que psychosociales. »

Anne Verjus